Suite à la diffusion, sur la chaîne Youtube de la Diversité Spirituelle, de l’interview de la réalisatrice Sonia Barkallah décrivant ses recherches sur les expériences de mort imminente (EMI), j’ai reçu en tant que Secrétaire  de notre association, le témoignage d’un ami,  Henry Stemen. Nous avons choisi de le reproduire dans son intégralité.

L’Expérience de Mort Imminente est une aventure fantastique. Je l’ai connue en Janvier 2022, lors d’un coma avec arrêt cardiaque.

J’ai effectué une sorte de « voyage »

hors de mon corps physique, qui m’a fait découvrir l’au-delà. Tout d’abord, j’ai vu (de l’extérieur) les médecins et infirmiers s’affairer autour de ma presque dépouille et
puis, je suis sorti de l’Univers Matériel pour entrer dans une nouvelle dimension cosmique, divine, spirituelle, appelons-là comme on voudra.

Et là, ce fut la sérénité totale, le bonheur absolu.

Plus de douleurs, de pensées parasites, de localisation, etc. Un grand Rien. Mais qui révélait tout. J’ai choisi de revenir dans mon enveloppe charnelle, car il me restait quelques actions à accomplir sur Terre. Étrangement, le plus délicat est de se réajuster à son entourage et de réajuster son entourage à soi.

Effectivement, maintenant je connais le grand mystère

de ce que nous appelons la Mort. Je sais Tout. Un ami bouddhiste m’a parlé de l’état d’«Éveillé». Qui me paraît décrire assez bien ce que je vis. J’ai une conscience beaucoup plus distanciée des événements de la vie. Mais cette clairvoyance est
difficile à percevoir et à accepter par les gens qui m’entourent, et que j’aime.

En un seul voyage dans l’au-delà, je suis devenu une sorte de clairvoyant.

Ce qui peut dérouter les êtres humains, peu habitués à cette vision. Je ne suis pas le seul à avoir vécu cette expérience, mais lorsque l’on me dit, en parlant de la mort,
« Personne n’est jamais revenu pour nous raconter », je peux dire une chose : « Si !… moi»

Henry Stemen

3 Commentaires

  1. Guy Curcio

    Un nouveau témoignage, s’inscrivant dans la lignée de multiples autres recueillis à travers le monde, qui confirme bel et bien l’existence d’une réalité de « l’autre côté » ; une réalité qui apaise et qui transforme. Dommage que ce témoin ne soit pas allé plus avant dans la confidence. On aurait bien aimé en savoir plus sur ce « grand mystère » ; de quel type de clairvoyance est-il maintenant doté, de la façon dont il a perçu les missions qu’il lui restait à accomplir,…
    Mais peut être n’a-t-il pas osé ou n’a-t-il pas pu traduire en mots ce qui ne relève pas de notre monde manifesté. Sinon où serait le Mystère?!

    Réponse
  2. marc

    En fait j’ai connu un peu ça, mais sans voyage, c’est plutôt une « descente » fulgurante à travers les atomes qui a mené directement au vide quantique , mais sans mourir.

    Il y a eu un moment en fin de cours de yoga et après un exercice de visualisation bien particulier, ou tout a disparu.

    C’est à dire; moi, le temps, l’espace, les pensées … Il n’ y avait plus rien ! et ce n’était d’ailleurs pas une expérience , mais bien l’arrêt de toute expérience (ça aussi, le mental ne le comprendra jamais) le monde avait disparu aussi, ce rien, si léger, liberté même , est également plein,et; voila ce que je suis vraiment, ce vide-plein infini, la vie même.
    Mais cela ne peut pas être décrit par des mots, ça ne peut pas être compris.

    la fin ? non , malheureusement, avec les jours où d’abord au tout début je fus omniscient de fait, sans aucune démarche de ma part pour l’être, le réel épais et contraignant a repris place, avec les pensées, le temps, etc …
    Puis le véritable cheminement ,conséquence de tout cela, a commencé.
    Le cheminement dit « spirituel » commence par la fin. Il nous est d’abord révélé Une non-chose au-delà de tout, puis une fois perdue, on se met en quête de la retrouver.

    C’est en ce sens que l’on doit comprendre les paroles de Rumi ; Tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais déjà trouvé.

    le « résultat » n’ a rien à voir avec le cheminement. Gare ! ne pas s’attacher au chemin, aux rituels, au pouvoir qu’on aurait d’aider les autres … Ce n’est qu’une rêverie de plus. ça se fait de soi même en vérité. C’est l’égo qui s’en fait une une qualité personnelle.
    Alors que ; Il n’ y rien que dieu ne fasse déjà.
    Une histoire, une fuite, le cheminement lui-même est bien souvent une fuite. a moins qu’il ne consiste qu’ à embrasser ce qui Est.
    Être pourrait être synonyme de « ici ». Être pourrait aussi être synonyme de « maintenant » , mais PAS de ici-et-maintenant , parce que là c’est du temps et de l’espace, on est encore sur le tremplin, les pieds collés à la glu dessus, et non dans le grain bain.

    En m’appuyant sur mon vécu uniquement ; Ni temps ni espace, par conséquent aucun moi, aucun »je » , ne peut perdurer là, aucun chemin n’ y mène, personne ne s’y trouve.

    De cœur à cœur à »vous » lecteur : Il n’ y a rien à réaliser. « Vous » êtes déjà réalisé, parce que Dieu apparait « comme ».
    Que cesse toute prétention.

    _-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

    voila ce qui me parle aujourd’hui.

    Réponse
  3. Lejoindre Véronique

    j’adhère à cent pour cent au récit et commentaire de Marc qui relate sa non-expérience de ce rien qui contient tout et n’a RIEN à voir ni avec le néant ni avec le ici-et-maintenant des pratiquants de la pleine conscience qi n’est pleine que d’elle-même c’et à dire de moi-je

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *